Les entreprises ont besoin de la fibre optique

février 2017

Le département lançait jeudi un projet d’envergure : relier toute la Vendée à la fibre optique.

L’opération prendra du temps et les premiers reliés seront les entreprises et parcs d’activité.

Pour Yann Belz, gérant d'Espace Technologie, à Challans, l'installation de la fibre optique est primordiale pour les entreprises vendéennes. En haut : un fil de fibre optique. En bas : un boîtier répartiteur.

Pour Yann Belz, gérant d’Espace Technologie, à Challans, l’installation de la fibre optique est primordiale pour les entreprises vendéennes. En haut : un fil de fibre optique. En bas : un boîtier répartiteur.

Les opérateurs voulaient se consacrer à l’agglomération yonnaise et aux Sables d’Olonne : le Département a donc décidé de prendre les choses en main pour le reste du département. Sur la période 2017-2020, il va donc lancer une première phase de travaux pour déployer le réseau de fibre optique dans les treize villes les plus importantes, 1 000 sites prioritaires et toutes les zones d’activités.
En effet, les entreprises vendéennes font partie des plus demandeurs en très haut débit. « Aujourd’hui, nos clients veulent plus de débit, de disponibilité de bande passante », explique Yann Belz, gérant d’Espace Technologie à Challans.

Un système actuel qui ne suffit plus

Une entreprise a besoin de surfer sur internet, d’envoyer des mails, de télécharger des données, de transférer des images ou vidéos… Ou plutôt : chaque employé d’une entreprise va réaliser ces actions sur son seul poste de travail. « Dans une entre­prise de plus de dix personnes, clai­rement, l’ADSL classique ne suffit plus. »

Yann Belz soulève un autre problème rencontré aujourd’hui par beaucoup d’entreprises : le multisite. « Par exemple, une agence immobi­lière aujourd’hui, va être implantée dans cinq endroits différents. Et l’in­formatique va être mutualisée. Au­trement dit, tout va passer, remon­ter vers un même siège informa­tique. Or I’ADSL est asynchrone. »
L’homme d’affaires vendéen utilise une image simple pour décrire le sys­tème actuel : il existe deux voies « internet » pour faire parvenir les infor­mations à une entreprise, mais seu­lement une pour on ressortir. D’où un embouteillage de données.

Les chefs d’entreprise sont aussi confrontés à des soucis lors de la sauvegarde de leurs données (qui consomme beaucoup de débit) et pourraient se retrouver bloqués par l’utilisation de logiciels en ligne.

«Il nous faut des tuyaux plus gros »
« Aujourd’hui, le plombier qui va sur le terrain, il va prendre en photo ou filmer la fuite d’eau de son client, pour l’envoyer à son patron et à l’assurance, faire un devis, etc. Et tout ça, c’est du flux.
Il nous faut donc des tuyaux plus gros » décrit Yann Belz.
Grâce à la fibre optique, le gérant d’Espace Technologie estime que le confort global des entreprises sera multiplié par 100. Mais pas pour longtemps : les technologies continuant d’évoluer, il prédit un besoin de nouveaux changements dans les cinq, voire dix prochaines années.
Le chantier de la fibre optique à Challans, et dans le reste de la Vendée, est néanmoins nécessaire : « Aujourd’hui, j’ai la fibre, que j’ai fait installer par mon opérateur, comme beaucoup. Mais ça coûte extrêmement cher. » Les grandes et moyennes entreprises verront tout de suite la différence, et les petites pourront acquérir alors de nouvelles manières de faire.
Yann Belz reconnaît que, lui-même, en tant que chef d’entreprise, ne peut faire autrement : « Sans la fibre optique, je ne serais plus ici, je serais parti à Nantes ou ailleurs. Et si des entreprises ne viennent pas en Vendée aujourd’hui, c’est en partie à cause de ça : la fibre peut rendre attractif le département. »

Source  : Ouest France

Partager sur