Une nouvelle vague d’infections de type Ransomware touche actuellement les entreprises. Il s’agit du cryptolocker nommé Zepto. Comme Locky, au printemps dernier, il prend en otage vos données en les cryptant. Ils proposent ensuite de les décrypter moyennant le paiement d’une rançon. Il n’y a aucun moyen de récupération des données si ce n’est d’obtenir la clé de décryptage proposée contre rançon par les pirates.

alerteA ce jour, la seule solution est une restauration des données, ou mieux, la récupération de l’image disque dans le cas où vous possédez un Plan de Reprise d’activités (PRAI). Consultez notre fiche conseil, qui vous donnera toutes les informations nécessaires sur les procédures à suivre en cas d’infection.

Voir la fiche conseil Cryptolocker

A titre préventif, nous vous conseillons de :

  • procéder à vos sauvegardes et de les vérifier quotidiennement,
  • vérifier que vous possédez un PRAI (plan de reprise d’activités)
  • être équipé d’un anti-spam performant.
  • ne pas ouvrir les courriels avec des pièces jointes suspectes notamment se terminant par XXXX.ZIP  ou XXXX.DOCM (liste non exhaustive), 
  • ne pas effectuer de téléchargements sur les sites de P2P,
  • ne cliquez sur aucun lien qui vous demande d’installer ou mettre à jour un programme (Java, Flash etc…).

Ne surfez que sur des sites Internet de confiance et adaptés à votre travail. Nous vous invitons vivement à prévenir tous les utilisateurs de votre société ou organisation. Les sauvegardes connectées sur le port USB sont vulnérables, nous vous conseillons d’avoir toujours une sauvegarde de secours déconnectée du réseau.

Notre partenaire SOPHOS nous annonce qu’une option aux versions standards permet de se protéger *.
* Attention le 100 % n’existe pas. 

>> Nous consulter pour un devis personnalisé.

Nos services techniques sont très impactés. Nos ingénieurs réseaux sont mobilisés pour répondre au mieux à vos demandes. De ce fait, les délais de réponse pour les problèmes courants sont notablement allongés. Nous vous prions de nous excuser.

Partager sur
juillet 2016